Accidents – guerres -troubles du comportement

L’ors d’un accident brutal, notre corps physique secrète des substances qui décuplent nos sens et nos forces, qui nous permettraient de le surmonter. Les 3 autres corps qui sont : le corps émotionnel, le corps mental et le corps spirituel, doivent impérativement être soignés, s’ils restent endommagés ils peuvent entraver le processus de guérison.

Nos thérapies appliquées vis-à-vis d’un accident, sont principalement basées sur trois approches complémentaires incontournables : 

La communication, l’alimentation, la micro-nutri-détoxification.

Les traumatismes crânien, peuvent donner les mêmes symptômes que la schizophrénie. Le cerveau reptilien constitue le tronc cérébral.  Il s’est  vu sur un cerveau décortiqué, que des lésions du système limbique, interdisent le contrôle des centres supérieurs sur l’activité de l’hypothalamus. Il existe des cas où le comportement exprime un état de rage violent, invisible dans l’environnement immédiat. Les neurosciences situent les sites les plus importants dans le déclenchement des déferlements de violence sur les aires frontales et préfrontales, dans l’amygdale, l’hippocampe et dans l’hypothalamus, qui sont toutes les composantes du système limbique. La neurologie nomme « syndrome du dyscontrôle épisodique » les cas de conduite paisible ordinaire passant momentanément à un comportement violent, qui émane des décharges du système limbique, sans aucune intention de la personne qui l’exhibe, quand ils sont reliés à la fois à des lésions cérébrales et à la chimie du cerveau.